Apple + Google = révolution en vue.

Apple + Google = révolution en vue.

Certaines synergies et collaborations ne passent pas inaperçues. Alors comment ne pas voir l’entrée du PDG de Google chez Apple et ne pas penser à des futures et fulgurantes applications, car l’équation est simple : prenez le plus performant moteur de recherche, créateur d’outils comme Google Earth et Gmail et mettez-le dans un téléphone aux formes futuristes avec le système d’exploitation le plus performant au monde et vous avez créé le produit qui va secouer le monde de la téléphonie, y compris les géants du froid Nokia et les nippons de Sony.

La synergie entre Google et Apple pourra vraiment donner naissance au tout premier outil omnipotent de notre époque car non seulement les deux sociétés sont leaders dans leur domaine respectif mais ce sont des sociétés novatrices et qui ont su les premières mettre l’utilisateur au centre des leur modèle économique : Apple a inventé les produits « I » donnant une dimension personnelle aux ordinateurs et aux outils de tous les jours qui ont pu s’affranchir de leurs statut de simples machines.

Google a honoré sa mission d’offrir aux utilisateurs un service simple et efficace pour rendre disponible et gratuite la connaissance du monde : c’est pour cela que la home page Google a gardé la simplicité d’une barre de recherche et n’est pas devenue le bazar multi contenu de la home de Yahoo!

Alors on peut bien espérer l’arrivée d’un téléphone vraiment innovant, qui puisse nous faire utiliser avec simplicité et intelligence tous les services auxquels nous sommes habitués sur le Net, mais avec la liberté de mouvement à laquelle nous commençons à ne plus pouvoir nous passer.

D’autres spéculent au contraire que Google serait en train de développer de façon autonome (mais en collaboration avec Orange et HTC) son propre téléphone pour concurrencer le iPhone. Cette version me semble moins plausible du fait de l’entrée récente du patron Google chez Apple et du fait que Google n’aurait pas d’avantages particulier à concurrencer Apple dans un domaine qui ne lui appartient pas. Les formes sublimes et épurées de la maison de Cuppertino peuvent bien intégrer des applications conçues et développés par Google, qui reste un fournisseur de services même si cette formidable entreprise est en train d’agrandir son domaine d’activité de manière formidable.

Retour à la nature?

Retour à la nature?

Si vous lisez ce post entre 10h et 17h est fort probable que votre travail vous demande de rester connecté à Internet constamment ou que votre travail soit sur Internet tout court, car Internet est aujourd’hui un véritable lieu, bien plus réel que des tas des petits villages que l’on voit de temps en temps défiler hors des vitres du train ou en version lilliputienne depuis le hublot d’un avion.

Mais attention, ces petits villages qui ne sont pas du tout intéressants car il ne se passe simplement rien, pourraient devenir le nouvel eldorado de jeunes gens qui télé travaillent.

C’est ce que soutien Jakob Nielsen maître de l’utilisation humaine de l’Internet et des interfaces web. A son avis, la possibilité de faire de plus en plus de choses depuis n’importe quel endroit, notamment travailler, voir de film, se faire faire une ordonnance ou une examen, pourrait pousser d’ici 2020 un nombre croissant de personnes à abandonner les villes en faveur de petites bourgades au train de vie plus soutenable, dans lesquelles on peut retrouver un contact avec la nature dont aujourd’hui nous sentons de plus en plus le besoin (l’explosion du jardinage et des produits bios, ça vous dit quelque chose ?).

Nielsen attire l’attention sur la chute des prix qu’une telle tendance pourrait provoquer : une baisse du 20% de la demande pourrait entrainer une diminution de 50% des prix du marché (américain).

Discuter avec ses collègues en téléconférence (habillé d’un costume virtuel alors que l’on se trouve dans notre jardin à 300 Km du centre ville), demander une analyse du sang et payer ses impôts sans jamais devoir entrer dans un bâtiment public sont des scénarii envisageables qui tiennent aussi sur des constatations économiques : réduction des coûts de locations des bureaux pour les entreprises, choix des meilleurs cerveaux pour les start-up et réduction des temps de déplacement dans les transports en commun (et du coup réduction du trafic tout court).

Bien sûr, même en 2020 les villes ne seront pas désertes, mais on doit s’attendre à des scénarii beaucoup plus préoccupants compte tenu des immenses flux migratoires prévus pour les prochaines années et du fait que les secteurs de services à la personne et ceux d’entretien ne pourront pas se passer de la présence de leurs employés : il y aura peut être une meilleure distribution entre villes et suburbs, mais reste à savoir que seront devenues nos villes d’ici 13 ans.

La guerre des tarifs, enfin !

La guerre des tarifs, enfin !

Désormais nous nous sommes habitués à voir à la télé, dans le métro et sur les affiches 4×3 ce prix « 29,99€ » et nous l’associons sans hésiter à la plupart des offres des opérateurs FAI. Mais comme on le sait aussi très bien, une fois que nous appelons ou que nous nous rendons sur le site de l’opérateur, quelle surprise : à ce prix d’appel il faut ajouter en fonction des services que nous souhaitons avoir dans le forfait entre 10€ et 30€ supplémentaires.

L’association qui regroupe les associations des consommateurs, Le Centre National de la Consommation a défini les règles qui devront être appliquées aux publicités des FAI et des opérateurs téléphoniques, car ce décalage entre les prix affichés et les prix réellement appliqués est source des nombreuses plaintes de la part de consommateurs et surtout d’un manque de transparence. Ces fournisseurs d’accès Internet doivent commencer à communiquer sur leurs vrais prix et du coup doivent travailler sur les aspects et les services qui les différencient par rapport à la concurrence.

Mais en ce moment, l’argument du prix est le facteur décisionnel numéro un pour la plus part des français (obsédés par la vie chère) et peu d’entreprises ont le courage de communiquer sur la qualité de leurs services au lieu de tabler sur « Le moins cher », «Prix cassés » et toute cette théorie de phrases à effets qui, néanmoins, savent séduire le grand public.

Ont verra alors si cette obligation à la transparence (qui ne fera pas force de loi) entrainera un travail des créatifs et des sociétés vers une communication plus honnête et plus claire et si de son côté le public sera saisir avec la maturité nécessaire cette occasion pour s’affranchir une bonne fois de ces caractères grossiers aux couleurs fluo et le reléguer dans les musées de la publicité.

Faut-il avoir confiance dans le vote électronique ?

Faut-il avoir confiance dans le vote électronique ?

Alors que tous les jours, des millions d’opérations bancaires, financières et d’autre nature se déroulent sans problèmes, on se demande comment il se fait qu’à quelques jours du vote, les machines pour le vote électronique dont certaines communes allaient si fières encore la semaine dernière aient été retirées par leur fabricant car pas agréées par le ministère de l’intérieur ; et ce, à la suite d’une modification demandée par les présidents de bureaux de vote.

Mais le problème à mon avis n’est pas là. Il est plutôt dans la capacité de ces sociétés à produire de machines sûres. Dans l’année de la vidéo, nous avons déjà pu voir un informaticien néerlandais (sur 01.net) nous montrer et expliquer comment falsifier le vote. Franchement l’opération n’est pas très coûteuse ni difficile (pour un informaticien qui aurait la volonté et les compétences pour le faire). Et on se demande pourquoi ne pas utiliser des systèmes de cryptage et de coffrage qui sont déjà utilisé pour d’autres systèmes sensibles (coffre fort, banco mat, systèmes de carte à puce).

Bien sûr la polémique a éclaté grâce aussi aux journalistes hyper attentifs à tout argument touchant à la politique, mais, c’est évident que la légèreté de mettre des milliers des votes dans les mains de sociétés qui n’ont pas encore acquis l’expérience nécessaire à prouver leur fiabilité met en doute la confiance que les citoyens ont dans les nouveaux outils pour le vote électronique. Outils, qui, rappelons-nous en, pourraient nous permettre d’économiser de milliers des tonnes de papier et limiter l’impact des élections sur l’environnement.

Paris Wifi

En attendant que la météo nous donne au moins la possibilité de mettre le nez dehors, voici une nouveauté intéressante proposée par la Mairie de Paris.

Des bornes WiFi en accès libre dans tout Paris et surtout dans certains jardins parisiens. Ce bornes, comme on l’explique sur le site de la Mairie de Paris, ici, vous permettent de « vous connecter gratuitement à l’Internet sans fil à haut débit, via 400 bornes réparties dans plus de 260 lieux municipaux : jardins, mairies, bibliothèques ou encore musées de la Ville. »

Ce projet développé par PARVI, acronyme de Paris Ville Numérique, permettra à Paris de fournir un véritable service à tous ses citoyens et visiteurs, qui ne seront plus obligés de se rendre dans les « Points Internet » traditionnels mais qui pourront s’asseoir sur les chaises vertes du Jardin de Luxembourg (l’image est bien là, mais je n’ai pas trouvé sur le site le jardin de Luxemburg parmi les sites équipés. à voir).

Cela est une très belle initiative de la Mairie qui, grâce à ce réseau des bornes WiFi, pourra bientôt penser à proposer toute sorte de services liés à la fourniture d’accès Internet en dehors de chez soi.

Concours de parrainage dans les sites d’achat malin

Les sites de cashback proposent de temps à autre des concours du meilleur parrain. Sachez en profiter pour cumuler les gains !

Je trouve que l’on gagne  beaucoup plus avec les sites de cashback avec le parrainage qu’avec ses propres achats, à moins bien sur de ne pas avoir d’amis ou d’être un acheteur ou une acheteuse compulsif.

Voici un exemple de concours permanent de parrainage

Jackpot mensuel

Qu’est-ce que le « jackpot mensuel » ?

Chaque affilié qui déclenche une vente chez un site marchand partenaire de SDI reçoit de la part de ce marchand une commission. 5 % de chaque commission ainsi versée sert à alimenter un pot commun que se partagent les meilleurs vendeurs à la fin de chaque mois. Au début du mois suivant, le pot commun est donc remis à 0 et augmente au fur et à mesure des commissions versées à tous les affiliés durant le mois en cours. A la fin de ce mois, il est de nouveau partagé entre les meilleurs vendeurs, et ainsi de suite.

Qui peut gagner ce « jackpot mensuel » ?

Tout affilié SDI peut gagner une partie du pot commun. A la fin de chaque mois, un classement des vendeurs est fait. Les meilleurs vendeurs peuvent alors se partager le pot commun du mois qui vient de s’écouler. En début de chaque mois, le compteur Jackpot des affiliés est remis à 0, comme le pot commun. Le classement ne tient donc compte que des ventes réalisées sur le mois en cours.

Comment se calcule la répartition du “Jackpot mensuel” entre les meilleurs vendeurs ?

Les meilleurs vendeurs sont élus en fonction du chiffre d’affaires qu’ils ont généré chez les sites marchands partenaires de SDI. Une fois que ces vendeurs sont identifiés, 2 critères sont pris en compte pour calculer leur part du “jackpot mensuel” :

le chiffre d’affaire qu’ils ont réalisé ;
le nombre de filleuls de niveau 1 qu’ils ont recrutés.

Ces deux critères ont le même niveau d’importance.

Exemple:

Un Affilié réalise pour 100,00 € de ventes directes. La somme des ventes directes des affiliés éligibles au concours est de
1.000,00 €. Ce même affilié dispose de 6 filleuls de niveau 1 et le nombre total de filleuls de niveau 1 des affiliés participant au concours est de 30.
Le total des commissions mensuelles du réseau est de 100.000,00 €.

MONTANT DU JACKPOT MENSUEL = 100.000,00 € x 5% = 5.000,00 €
CALCUL DE LA PRIME = [(100,00 €/1.000,00 €) x 0,5 + (6/30) x 0,5] x 5.000,00 € = 750,00 €
Cet affilié percevra la somme de 750,00 € sur son compte SDI,
NB : En début de chaque mois, SDI fixe le nombre d’affiliés qui vont pouvoir se partager le montant du “jackpot mensuel”. Ce chiffre vous est communiqué en même temps que le montant du “Jackpot Mensuel”, dans le rectangle de gauche prévu à cet effet.

Nous afficherons ici uniquement votre Prénom, l’initiale du Nom, le département de résidence, et le montant de vos gains

Astuces pour ne pas perdre ses commissions sur les sites d’achats rémunérés

Il arrive souvent qu’après un achat sur un site marchand la commission gagnée n’apparaisse pas sur notre compte pourtant l’achat a bien été réalisé !

C’est rageant et il faut ensuite perdre du temps avec le site de cashback pour essayer de récupérer sa commission et parfois sans succès !

Voici quelques astuces tirées de mon expérience des sites de cashback pour ne plus perdre une seule commission

Afin que la vente soit validée vos amis et vous-mêmes doivent respecter quelques simples consignes:

L’achat doit se faire avec le même navigateur à partir duquel on a cliqué sur le produit (que ce soit le produit dans un lien de recommandation ou le produit sur le site de cashback et le site marchand) .
Le navigateur usé doit accepter les cookies. Attention aux plugins bloqueurs de publicités comme Adblock par exemple
Il ne faut pas passer par un autre site (moteurs de recherche, comparateurs, sites de bons réductions) entre le moment où l’on a cliqué sur le lien et l’achat.
Il ne faut pas supprimer les cookies.
Il faut être logué sur son compte cashback ( igraal, ebuyclub, maximiles etc…)  si on achète pour soi même directement par le site.
Il faut cliquer sur le lien “Retour à la boutique” lorsqu’on effectue un paiement par CB.

Combien puis je gagner avec le cashback ?

Vous gagnez de l’argent de 2 façons :

1 – un pourcentage sur les achats que vous faites. Ce pourcentage varie selon les marchands partenaires, selon les produits ou services achetés et bien sur selon la générosité de votre club de cashback !

En vous inscrivant au service de revenu partagé du site de cashback, vous pouvez bénéficier des commissions négociées avec les sites partenaires également pour vos propres achats.

Pour cela, rien de plus simple

  1. Authentifiez-vous sur votre Espace Personnel .
  2. Recherchez le(s) produit(s) qui vous intéresse(ent).
  3. Cliquez sur l’icône qui se trouve à droite de la description du produit.
  4. Vous êtes redirigé sur la page produit du site marchand. Si vous achetez ce produit, vous récupérez le montant de la commission qui vous est due dans votre compte cashback.

2 – un revenu fixe ou un % sur les achats que font vos filleuls dans le cadre du parrainage que propose le club achat

Vous êtes rémunéré(e) sur chaque vente que vous avez directement déclenchée mais aussi sur les ventes déclenchées par votre réseau de filleuls.
Les marchands partenaires de sites comme igraal, maximiles, etc…  négocient leur commission au cas par cas.

Vous avez accès à ces conditions de rétribution en accédant au ” catalogue ” : la commission se trouve devant chaque produit.
Notez que les visiteurs ont 30 jours pour acheter après avoir cliqué sur votre suggestion pour que vous touchiez votre commission.

Parrainage du cashback

Les sites de Cashback et le parrainage expliqué

Vous pouvez gagner de l’argent avec les sites de cashback en faisant la promotion de produits à votre entourage par email, sur les blogs, sur la messagerie instantanée ou sur votre site personnel.

Vous recevez une commission si une vente est conclue par le biais de votre suggestion.

parrainageInscrivez-vous auprès du site de cashback.
Installez leur outil ( plugin chrome ou firefox) permettant de recevoir automatiquement les gains de vos propres achats mais aussi ceux de vos filleuls si vous en avez parrainé.
Alimentez votre barre d’outils  des suggestions que vous souhaitez envoyer.
Soit depuis le Site SDI.
Soit directement depuis un site partenaire de SDI.
Intégrez ensuite ces suggestions dans vos e-mails, dans les blogs que vous fréquentez, durant vos discussions sur messagerie instantanée ou sur votre site personnel. Bien sur sans faire de spam et promouvez votre lien de parrainage que vous trouverez sur votre site de cashback préféré !

L’exemple et les gains de parrainage sur les sites de cashbacks

Les commissions = argent que vous gagnez sur les achats de vos filleuls

CALCUL DES COMMISSIONS

Vous suggérez à quelqu’un de votre entourage d’acheter un DVD sur un de leurs sites partenaires.

Il clique sur le lien et achète pour 100,00 € de produits.
Si le taux de la commission reversée au réseau par le site est de 10% du montant des achats, alors votre réseau et vous-même percevez :
10% x 100 = 10,00€.
En tant que “vendeur”, vous gagnez 60% de ces 10,00€ (soit 6,00€).

Sur certains sites de cashback vous gagnez une somme fixe par filleul, après son 1er achat (5€ ou 3€ ou 7€ selon les sites) .

Mais sur d’autres le parrainage fonctionne sur plusieurs niveaux ( les filleuls de vos filleuls vous rapportent aussi !)

Exemple illustratif : VOTRE RESEAU RECOMMANDE ET FAIT VENDRE :
VOUS GAGNEZ

reseau de filleulsPour augmenter encore plus vos gains vous pouvez créer votre propre réseau de vendeurs. Vous percevrez alors des commissions jusqu’à 3 niveaux de vendeurs en dessous de vous.
Exemple :
L’un de vos filleuls suggère à quelqu’un de son entourage d’acheter un vélo sur un de nos sites partenaires.
Le destinataire clique sur le lien et achète pour 250,00€ de produits.
Si le taux de la commission reversée au réseau par le site est de 10% du montant des achats, votre filleul et son réseau (dont vous faites partie) perçoivent :
10% x 250 = 25,00€.

Si vous êtes le parrain direct de cet affilé, vous percez 20% de ces 25,00 € (soit 5,00€).
Si vous êtes le parrain du parrain de cet affilé, vous percez 10% de ces 25,00 € (soit 2,50€).
Si vous êtes le parrain du parrain du parrain de cet affilé, vous percez 5% de ces 25,00 € (soit 1,25€).

5% de cette commission sont systématiquement réservés pour le « Jackpot mensuel ».
En savoir plus sur le Jackpot Mensuel.
Récupérez ces sommes tous les mois et suivez l’évolution de votre compte SDI en temps réel dans une interface simple et conviviale !
Ainsi, plus vous étendez votre réseau de filleuls, plus vous augmentez vos chances de percevoir des commissions sur des ventes faites par eux : leurs filleuls et les filleuls de leurs filleuls.

Parrainage chez Igraal :

Le meilleur site en terme de cashback mais aussi en parrainage, cette image explique tout : 3€ dès le 1er achat de votre filleul + 10% sur tous les achats suivants réalisés par votre filleul.

Il suffit donc de parrainer beaucoup, notamment vos amis s’ils achètent souvent en ligne et vous percevrez une petite commission à chacun de leurs achats !

Annonceurs

Annonceurs

Le Network Shopping

42 % des internautes […] se déclarent influencés par les conseils de leurs proches et amis pour tout acte d’achat – Journal du Net 3 février 2006.

Pour faire ses achats sur internet, l’internaute est à l’écoute des conseils de son entourage. Il n’hésite d’ailleurs pas lui-même à partager ses bons plans en les communiquant à ses amis et à leur recommander des produits susceptibles de les intéresser : c’est du Network Shopping.

SDI est le service qui recense pour les internautes tous les sites de cashback qui rémunèrent les internautes pour les conseils qu’ils donnent à leurs proches et s’appuie sur l’effet viral lié à la recommandation entre particuliers pour générer des ventes chez ses partenaires et leur permettre d’acquérir de nouveaux clients à un coût maîtrisé.

SDI vous permet de :

Profiter d’une communauté de vendeurs qualifiés
Accroître votre visibilité à grande échelle
Vous appuyer sur l’effet viral lié au Network Shopping et à la valeur de la recommandation
Fidéliser et acquérir de nouveaux clients à un coût maîtrisé
Améliorer votre taux de transformation

Avec un modèle exclusivement à la performance

Commissions sur ventes confirmées et validées par l’annonceur
Appliquées au panier d’achat, à la vente, au lead, à l’inscription, au Web call back de SDI
Possibilité d’attribuer des commissions différentes par familles de produits